Bloc de poignet - Repère et technique de stimulation nerveuse - NYSORA | NYSORA

Bloc de poignet – Repères et technique de stimulation nerveuse

Paul Hobeika, Tessy Castermans, Joris Duerinckx et Sam van Boxstael

INTRODUCTION

Le bloc du poignet implique une anesthésie des nerfs médian, ulnaire et radial, y compris la branche sensorielle dorsale du nerf ulnaire. Le blocage du poignet est simple à réaliser, essentiellement dépourvu de complications systémiques, et très efficace pour une variété de procédures sur la main et les doigts. Les blocs de poignet peuvent être utilisés au bureau ou en salle d'opération. En tant que tel, l'habileté à effectuer un blocage du poignet devrait faire partie de l'arsenal de chaque praticien. Une étude comparant l'infiltration intra-articulaire et portale au bloc de poignet pour l'analgésie après arthroscopie du poignet a montré que le bloc de poignet permet une analgésie meilleure et plus fiable chez les patients subissant une arthroscopie du poignet sans exposer les patients au risque de chondrotoxicité.

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS

Un bloc de poignet est le plus souvent utilisé pour la chirurgie de la main et des doigts. La chirurgie de la main la plus courante aux États-Unis est la libération du canal carpien. Sir James Paget a décrit le syndrome du canal carpien en 1853. Bien que Sir James Learmonth ait signalé la libération du canal carpien au poignet en 1933, ce n'est que dans les années 1950 que la chirurgie est devenue populaire grâce aux efforts de George Phalen. En raison de la facilité d'exécution d'un bloc de poignet, les blocs de poignet sont utilisés dans une variété de contextes, y compris la salle d'urgence, les centres de chirurgie ambulatoire et les cabinets d'anesthésie en cabinet. Les chirurgiens de la main comptent sur le bloc de poignet pour effectuer des interventions mineures dans leurs bureaux. Un bloc de poignet peut être utilisé chez un patient avec un estomac plein nécessitant une intervention chirurgicale d'urgence, évitant ainsi la nécessité d'une anesthésie générale et réduisant le risque d'aspiration. Bien qu'il n'y ait que quelques contre-indications aux blocs de poignet, infection locale au site d'insertion de l'aiguille et l'allergie à l'anesthésique local sont les plus citées. Les patients sont généralement capables de tolérer un garrot sur le bras sans anesthésie pendant 20 minutes ; un garrot de poignet peut être toléré pendant environ 120 minutes.

ANATOMIE FONCTIONNELLE DU BLOC DE POIGNET

L'innervation de la main est partagée par les nerfs cubital, médian et radial (Figure 1). Le nerf cubital innerve plus de muscles intrinsèques que le nerf médian et fournit des branches digitales à la peau du doigt médial et demi (Figure 2). Une zone correspondante de la paume est innervée par des branches palmaires issues du nerf ulnaire de l'avant-bras. La branche profonde du nerf cubital accompagne l'arcade palmaire profonde et assure l'innervation des trois muscles hypothénariens, des deux muscles lombricaux médiaux, de tous les interosseux et de l'adducteur du pouce. Le nerf cubital innerve également le muscle court palmaire. Le nerf médian traverse le canal carpien et se termine par des branches digitales et récurrentes. Les branches digitales innervent la peau des trois doigts et demi latéraux et, généralement, des deux muscles lombricaux latéraux.

FIGURE 1. Innervation de la main.

FIGURE 2. Innervation de la main : trajet des nerfs terminaux.

Une zone correspondante de la paume est innervée par des branches palmaires issues du nerf médian de l'avant-bras. La branche récurrente du nerf médian innerve les trois muscles thénars. Dans la paume, les branches digitales des nerfs cubital et médian se trouvent profondément dans l'arc palmaire superficiel, mais dans les doigts, elles se trouvent en avant des artères digitales qui découlent de l'arc superficiel. Bien que l'innervation de l'annulaire et du majeur puisse varier, la peau de la face antérieure du pouce est toujours innervée par le nerf médian et celle de l'auriculaire par le nerf cubital. Les branches digitales palmaires des nerfs médian et ulnaire innervent également les lits unguéaux de leurs doigts respectifs. Le nerf radial passe devant le côté radial de l'avant-bras. Il naît d'abord du côté latéral de l'artère radiale et sous le muscle supinateur. À environ 3 po au-dessus du poignet, il quitte l'artère, perce le fascia profond et se divise en deux branches (Figure 3). La branche superficielle, la plus petite des deux branches, innerve la peau de la face radiale et de la base du pouce et rejoint la branche antérieure du nerf musculo-cutané. La branche profonde du nerf radial communique avec la branche postérieure du nerf musculo-cutané. Sur le dos de la main, la branche profonde du nerf radial forme un arc avec la branche cutanée dorsale du nerf cubital.

En savoir plus sur Anatomie fonctionnelle de l'anesthésie régionale ici.

FIGURE 3. Position et trajet du nerf radial au poignet.

COMPENDIUM D'ANESTHÉSIE RÉGIONALE DE NYSORA

Contenu Premium de NYSORA

Instructions techniques étape par étape pour 60 blocs nerveux

Illustrations personnalisées, animations et vidéos cliniques

Communauté pour partager des conseils cliniques réels

Accès via une plateforme de bureau ou une application mobile

Infographies pour la préparation aux examens (par exemple EDRA)

REPERES ANATOMIQUES

La branche superficielle du nerf radial longe la face médiale du muscle brachioradial (voir Figure 3). Il passe ensuite entre le tendon du brachioradialis et le radius pour percer le fascia sur la face dorsale. Juste au-dessus du processus styloïde du radius, il dégage des branches digitales pour la peau dorsale du pouce, de l'index et de la moitié latérale du majeur. Plusieurs de ses branches passent superficiellement au-dessus de la « tabatière » anatomique. Le nerf médian est situé entre les tendons du long palmaire et le fléchisseur radial du carpe (Figure 4; voir 2). Le tendon palmaris longus est généralement le plus proéminent des deux tendons, et le nerf médian passe juste latéralement à celui-ci. Le nerf ulnaire passe entre l'artère ulnaire et le tendon du fléchisseur ulnaire du carpe (voir Chiffres 2 et 4). Le tendon du fléchisseur ulnaire du carpe est superficiel par rapport au nerf cubital.

FIGURE 4. Anatomie en coupe transversale du poignet telle qu'elle apparaît sur une IRM juste au-dessus du canal carpien. A = antérieur, M = médial, SRN = nerf radial superficiel, LFP = tendon du long fléchisseur palmaire, FCR = fléchisseur radial du carpe, PL = tendon du long palmaire, FCU = tendon du fléchisseur radial du carpe.

LES MEILLEURS ÉQUIPEMENTS

Un plateau d'anesthésie régionale standard est préparé avec le matériel suivant :

  • Serviettes stériles et 4 po. × 4 po. des tampons de gaze
  • Seringues de 10 mL avec anesthésie locale (LA)
  • Une aiguille de 1.5 po, calibre 25

En savoir plus sur Équipement pour blocs nerveux périphériques.

TECHNIQUE

Le patient est en décubitus dorsal avec le bras en abduction. Le poignet doit être maintenu en légère dorsiflexion.

Bloc du nerf radial

Le bloc du nerf radial est essentiellement un «bloc de champ» et nécessite une infiltration plus étendue en raison de sa localisation anatomique moins prévisible et de sa division en plusieurs branches cutanées plus petites. Cinq millilitres d'AL sont injectés par voie sous-cutanée juste au-dessus de la styloïde radiale tout en faisant avancer l'aiguille médialement (Figure 5). L'infiltration est ensuite étendue latéralement, en utilisant 5 mL supplémentaires d'AL.

FIGURE 5. Bloc du nerf radial au-dessus de la tête du radius.

Bloc de la branche sensorielle dorsale du nerf radial

La branche sensorielle dorsale du nerf radial est bloquée en insérant l'aiguille à 1 cm en amont de la styloïde radiale, qui est radiale à l'artère radiale (Figure 6). Cette branche du nerf radial sort entre le brachioradialis et l'extensor carpi radialis longus 5–8 cm en amont de la styloïde radiale. L'aiguille est avancée jusqu'au tubercule de Lister, et s'il n'y a pas de paresthésie, 5 ml d'AL sont injectés par voie sous-cutanée dans toute cette zone.

FIGURE 6. Bloc du nerf radial superficiel

Bloc du nerf cubital

Le nerf ulnaire est anesthésié en insérant l'aiguille sous le tendon du muscle fléchisseur ulnaire du carpe près de son attache distale juste au-dessus du processus styloïde de l'ulna (Chiffres 7 et 8; voir Figure 4). L'aiguille est avancée de 5 à 10 mm juste après le tendon du fléchisseur ulnaire du carpe. Trois à 5 mL de solution LA sont injectés. L'injection sous-cutanée de 2 à 3 ml d'anesthésie locale juste au-dessus du tendon du fléchisseur ulnaire du carpe est également conseillée pour bloquer les branches cutanées du nerf cubital, qui s'étendent souvent jusqu'à la région hypothénar.

FIGURE 7. Bloc du nerf cubital - l'aiguille est insérée juste en dedans du fléchisseur ulnaire du carpe

FIGURE 8. Tendons des fléchisseurs du poignet et position du nerf médian par rapport aux tendons fléchisseurs.

Bloc de la branche sensorielle dorsale du nerf cubital

La branche sensorielle dorsale du nerf ulnaire est bloquée en insérant l'aiguille au niveau de la styloïde ulnaire car elle se déplace de palmaire à dorsale dans la région de la styloïde ulnaire (Figure 9). Commencer l'injection au niveau du fléchisseur ulnaire du carpe et étendre en sous-cutané dorsalement vers l'articulation radio-ulnaire distale. Cinq millilitres d'AL sont injectés par voie sous-cutanée dans toute la zone.

FIGURE 9. Bloc de la branche superficielle du nerf cubital.

Bloc du nerf médian

Le nerf médian est anesthésié en insérant l'aiguille entre les tendons du long palmaire et du fléchisseur radial du carpe (Chiffres 10 et 11; voir Figure 8). L'aiguille est insérée jusqu'à ce qu'elle perce le fascia profond. Trois à 5 millilitres d'AL sont injectés. Bien que le perçage de l'aponévrose profonde ait été décrit comme entraînant un «clic» fascial, il est plus fiable d'insérer simplement l'aiguille jusqu'à ce qu'elle entre en contact avec l'os. À ce stade, l'aiguille est retirée de 2 à 3 mm et l'AL est injecté. Figure 12 démontre la propagation du LA après injection de 5 ml en utilisant la technique décrite.

FIGURE 10. Une manœuvre pour accentuer le tendon du fléchisseur radial du carpe.

FIGURE 11. Bloc du nerf médian au poignet. L'aiguille est montrée insérée juste en dedans du muscle fléchisseur radial du carpe.

FIGURE 12. Répartition du colorant après bloc poignet. MN = nerf médian, UN = nerf cubital, CT = canal carpien.

Conseils NYSORA

  • Une technique « en éventail » est recommandée pour augmenter le taux de réussite du bloc nerveux médian.
  • Après l'injection initiale, l'aiguille est retirée au niveau de la peau, redirigée latéralement de 30 degrés et avancée à nouveau pour entrer en contact avec l'os.
  • Après avoir retiré 1 à 2 mm de l'os, 2 ml supplémentaires de LA sont injectés.
  • Une procédure similaire est répétée avec une redirection médiale de l'aiguille.

Technique de stimulation nerveuse

Les nerfs médian et ulnaire peuvent également être bloqués au niveau du poignet à l'aide d'un stimulateur nerveux. Ces blocs peuvent être utilisés pour la réparation des tendons fléchisseurs des doigts lorsque le chirurgien souhaite tester leur fonction en peropératoire (la fonction des muscles de l'avant-bras n'est pas affectée). Le nerf médian se trouve dans le canal carpien entre le long palmaire et les tendons du fléchisseur radial du carpe, et le nerf cubital se trouve entre le fléchisseur ulnaire du carpe et l'artère ulnaire. Les secousses sont similaires aux blocs de coude, à l'exception de la pronation de l'avant-bras, qui est manquante. Deux à 3 ml d'AL suffisent pour bloquer l'un ou l'autre des nerfs.

CHOIX DE L'ANESTHÉSIQUE LOCAL

Le choix du type et de la concentration d'AL pour bloc de poignet est basé sur la durée souhaitée. La lidocaïne est l'anesthésique le plus utilisé pour le blocage du poignet, mais la bupivacaïne peut également être utilisée en toute sécurité. Tableau 1 fournit les heures et la durée d'apparition de certaines LA couramment utilisées. Nettoyez toute la zone du poignet avec une solution désinfectante. Aspirer avant l'injection de LA pour éviter l'injection intravasculaire.

TABLE 1. Temps et durée d'apparition des mélanges d'anesthésiques locaux couramment utilisés.

 Début (min)Anesthésie (h)Analgésie(h)
1.5 % de mépivacaïne
(+ HCO3
-)
15-202-3 3-5
2% de lidocaïne
(+ HCO3
-)
10-202-53-8
Ropivacaïne 0.5 % 15-30 4-8 5-12
Ropivacaïne 0.75 % 10-155-106-24
0.5 % de bupivacaïne
(ou L-bupivacaïne)
15-30 5-15 6-30

DYNAMIQUE DES BLOCS ET GESTION PÉRIOPÉRATOIRE

Cette technique est associée à un inconfort modéré du patient car plusieurs insertions et injections sous-cutanées sont nécessaires. Une sédation et une analgésie appropriées, midazolam (2–4 mg) et alfentanil (250–500 mcg), sont nécessaires pour assurer le confort du patient. Le temps d'apparition typique d'un bloc de poignet est de 10 à 15 minutes, en fonction principalement de la concentration d'AL utilisée. L'anesthésie sensorielle de la peau se développe plus rapidement que le bloc moteur. La pose d'un bandage sans latex Esmarch ou d'un garrot au niveau du poignet est bien tolérée et ne nécessite pas de bloc supplémentaire.

Conseils NYSORA

  • Les deux nerfs se trouvent assez superficiellement dans des compartiments étroits et ne peuvent pas s'éloigner de l'aiguille. Des précautions supplémentaires doivent donc être prises lors de l'avancement de l'aiguille et de l'injection de LA.

LES COMPLICATIONS ET COMMENT LES EVITER

Les complications les plus fréquentes après un bloc de poignet sont des paresthésies résiduelles dues à une injection intraneurale accidentelle. Toxicité systémique est rare en raison de la localisation distale du bloc (Tableau 2).

TABLE 2. Complications du blocage du poignet.

Infection Cela devrait être très rare avec l'utilisation d'une technique aseptique.
Hématome Éviter les insertions multiples d'aiguilles pour les blocs superficiels. La plupart des blocs superficiels peuvent être réalisés avec une ou deux insertions d'aiguille.
Utilisez une aiguille de calibre 25 et évitez
ponction des veines superficielles.
Vasculaire
complications
N'utilisez pas d'épinéphrine avec des blocs de poignet et de doigt.
Blessure au nerfNe pas injecter lorsque le patient se plaint de douleurs ou qu'une pression élevée au moment de l'injection est détectée. Ne pas réinjecter les nerfs médian et ulnaire.
AutresInstruire le patient sur le soin de l'extrémité insensée.

Ce texte est un échantillon du contenu de la Recueil d'anesthésie régionale sur le LMS NYSORA.

NYSORA Recueil d'anesthésie régionale est tout simplement le programme le plus complet et le plus pratique sur l'anesthésie régionale de A à Z, avec le contenu Premium de NYSORA. Contrairement aux manuels et aux livres électroniques, le Compendium est continuellement mis à jour et présente les dernières vidéos, animations et contenus visuels de NYSORA.

Le Compendium est l'un des nombreux cours de formation de référence sur le système d'apprentissage de NYSORA (le NYSORA LMS), et l'inscription à NYSORALMS.com est libre. L'accès COMPLET au Compendium, cependant, est basé sur un abonnement annuel, car il nécessite une armée d'illustrateurs, de monteurs vidéo et une équipe pédagogique pour continuer à en faire le MEILLEUR outil d'éducation sur tout ce qui concerne l'anesthésie régionale. Bien que vous puissiez considérer le compendium comme un ebook sur les stéroïdes, un essai rapide vous donnera une idée en temps réel de l'incroyable réalité du Compendium. Votre abonnement transformera votre façon de lire sur l'anesthésie régionale :

  • Apprenez visuellement : tout ce qui est régional, y compris les procédures et les protocoles de gestion de la colonne vertébrale, de la péridurale et du bloc nerveux
  • Passez en revue les instructions techniques étape par étape pour plus de 60 blocs nerveux
  • Accédez aux illustrations, animations et vidéos légendaires de NYSORA (telles que Reverse Ultrasound Anatomy)
  • Accédez aux informations RA sur n'importe quel appareil via la plate-forme de bureau et l'application mobile
  • Obtenez des mises à jour en temps réel
  • Examiner les infographies pour la préparation aux examens (par exemple, EDRA)
  • Utilisez le flux communautaire avec des discussions de cas réels, des images et des vidéos sont publiées et discutées par les abonnés et les meilleurs experts du monde.

Même si vous ne souhaitez pas vous abonner au Compendium, inscrivez-vous au NYSORA LMS, soyez le premier informé des nouveautés en anesthésie régionale et participez aux discussions de cas.

Voici de quoi se nourrit l'activité NYSORA LMS ressemble à:

Nous sommes convaincus qu'une fois que vous aurez expérimenté le Compendium sur le NYSORA LMS, et vous ne reviendrez jamais à vos anciens livres, et votre abonnement vous permettra de garder NYSORA.com gratuit pour le reste du monde.

Lecture supplémentaire

  • Derkash RS, Weaver JK, Berkeley ME, et al : Libération du canal carpien au bureau avec bloc de poignet et garrot de poignet. Orthopédie 1996;19:589–590.
  • Gebhard RE, Al-Samsam T, Greger J, et al : blocs nerveux distaux au poignet pour la chirurgie ambulatoire du canal carpien offre cardiovasculaire peropératoire stabilité et réduire le temps de décharge. Anesth Analg 2002;95:351–355.
  • Martinotti R, Berlanda P, Zanlungo M, et al : anesthésie périphérique techniques de chirurgie du bras. Minerva Chir 1999;54:831–833.
  • Melone CP Jr, Isani A : Anesthésie pour blessures à la main. Clinique médicale d'urgence North Am 1985; 3: 235–243.
  • Leversee JH, Bergman JJ : Blocs nerveux du poignet et des doigts. J Fam Pratique 1981; 13: 415-421.
  • Dushoff IM : Chirurgie de la main sous bloc de poignet et infiltration locale anesthésie, à l'aide d'un garrot du bras. Plast Reconstr Surg 1973;51 : 685-686.
  • Vatashsky E, Aronson HB, Wexler MR, et al : Anesthésie dans une chirurgie de la main unité. J Hand Surg [Am] 1980;5:495–497.
  • Klezl Z, Krejca M, Simcik J : Rôle des variations de l'innervation sensorielle pour anesthésie par bloc de poignet. Arch Med Res 2001;32:155–158.
  • Ferrera PC, Chandler R : Anesthésie en situation d'urgence : Partie I. Blessures aux mains et aux pieds. Am Fam Physician 1994;50:569–573.
  • Agrawal Y, Russon K, Chakrabarti I, Kocheta A. Infiltration intra-articulaire et portale versus bloc de poignet pour l'analgésie après arthroscopie du poignet : un ECR prospectif. Bone Joint J. 2015; 97-B(9) : 1250–1256.
  • Delaunay L, Chelly JE : Les blocs au poignet fournissent une anesthésie efficace pour la libération du canal carpien. Can J Anaesth 2001;48:656–660.
  • Dupont C, Ciaburro H, Prevost Y, et al : Chirurgie de la main sous bloc de poignet et anesthésie par infiltration locale, à l'aide d'un garrot de bras. Plast Reconstr Surg 1972;50:532–533.
  • Paget J: Conférences sur la pathologie chirurgicale. Longman, Brown, Green, Longmans/Londres, 1853.
  • Learmonth JR : Le principe de la décompression dans le traitement de certaines maladies des nerfs périphériques. Surg Clin North Am 1933;13:905–913.
  • Dellon AL, Amadio PC : James R. Learmonth : Le premier chirurgien des nerfs périphériques. J Reconstr Microsurg 2000;16:213–217.
  • Phalen GS : Compression spontanée du nerf médian au niveau du poignet. J Am Med Assoc 1951;145:1128–1133.
  • Nystrom A, Lindstrom G, Reiz S, et al : Bupivacaïne : un anesthésique local sûr pour les blocs de poignet. J Hand Surg [Suis] 1989;14:495–498.

 

[classe^="wpforms-"]
[classe^="wpforms-"]