Pourquoi suis-je devenu anesthésiste ? - NYSORA | NYSORA

Pourquoi suis-je devenu anesthésiste ?

29 juillet 2022

La plupart des gens ne comprennent pas ce que font réellement les anesthésistes. En fait, jusqu'à ce que je devienne anesthésiste en formation, résident en anesthésiologie, je ne comprenais pas bien cela moi-même. Les anesthésistes sont toujours dans la salle d'opération, ou les unités de soins intensifs par conséquent, ils vivent en quelque sorte une vie secrète loin de la plupart des autres médecins. Au début de ma carrière, j'ai pensé que je voulais être interniste et cardiologue-électrophysiologiste. Mais un soir, alors que j'étais de garde en tant que résident en médecine interne à l'hôpital St. Joseph de Paterson NJ, j'ai eu la chance de travailler avec des anesthésistes lors d'une réanimation. C'était la nuit qui a tout changé pour moi; J'ai abandonné mon contrat pour une bourse de cardiologie et j'ai accepté le poste de résident en anesthésiologie à l'hôpital St. Luke's-Roosevelt à New York. Et ce fut l'une des meilleures décisions professionnelles que j'aie jamais prises.

L'hôpital historique St Luke's-Roosevelt (1896), lieu de naissance des blocs nerveux (William Haselt), le signe d'appendicite de Mc Burney (1894), le célèbre "Syms Operating Pavilion" (1892) et les terrains cliniques de la New York School of Anesthésie régionale (NYSORA 1994-2015)

J'ai commencé ma formation en médecine clinique en tant que résidente en médecine interne à la Seton Hall School of Graduate Medical Education. Nous avons alterné entre trois hôpitaux - St Joseph's à Paterson NJ, St. Michael's à Newark et St. Elizabeth Hospital à Elizabeth, NJ. C'était dans les années 1990 pendant l'épidémie de sida, et c'était une formation incroyable où nous étions en première ligne avec les patients les plus malades du sida, tout comme aujourd'hui avec la pandémie de COVID. 

Dans et hors de la salle d'opération, les anesthésistes utilisent leur formation et leur expertise pour former des équipes qui facilitent la gestion des patients avant, pendant et après la chirurgie, parmi de nombreuses autres fonctions essentielles qu'ils remplissent dans les soins de santé.

Mais une nuit, j'étais de service au centre médical St. Joseph à Paterson, NJ. En tant que résident senior, je serais responsable de l'unité de soins intensifs et des admissions à l'urgence, et je dirigerais l'équipe de réanimation en cas d'urgence n'importe où dans l'hôpital. Souvent, l'équipe d'anesthésiologie se joignait à elle lorsqu'elle était appelée pour aider ou lorsqu'elle n'était pas occupée par la chirurgie. Cette nuit-là, vers 10 heures, nous avons reçu un appel STAT pour une réanimation dans le service de cardiologie de l'unité de cathétérisme post-cardiaque. J'ai quitté l'unité de soins intensifs et j'ai couru jusqu'à cette unité au 5e étage avec mes deux résidents juniors en médecine interne. Lorsque nous sommes entrés dans la salle, nous avons dû faire place car il y avait une frénésie d'activité. Les infirmières tentaient désespérément d'insérer une intraveineuse qui fonctionnait, l'inhalothérapeute tentait, sans succès, de ventiler au masque le patient, un homme d'une soixantaine d'années. Les joues du patient étaient bombées et, sans circulation, sa peau était déjà bleue et froide au toucher. Nous étions tous à tour de rôle pour effectuer compressions thoraciques, mais, sans accès intraveineux – pas une tâche facile chez un patient aux veines surutilisées – et sans voies respiratoires, nous livrions une bataille perdue d'avance.

C'est les années 1990 quand il n'y avait aucun moniteur électronique ou numérique pour ECG ; il a été enregistré sur un rouleau de papier continu, que nous avons appelé la « bande rythmique ». Maintenant, cela indiquait une sorte d'activité électrique sans pouls, ce qui signifiait qu'il n'y avait pas de tension artérielle ou de pouls qui pouvait être palpé. Nous trois, résidents en médecine interne, discutions activement de ce que pouvait être le rythme ECG, tandis que le patient, en l'absence d'accès intraveineux, des moyens d'administrer des médicaments de réanimation ou d'une voie pour établir une ventilation et introduire de l'oxygène glissait rapidement vers la mort. Justement à ce moment-là, j'ai entendu des voix dans le couloir : "Excusez-nous, excusez-nous !" J'ai levé les yeux vers la porte et j'ai vu, à mon immense soulagement, que l'équipe d'anesthésiologie était arrivée. Un anesthésiste senior et son résident se sont dirigés vers la tête du lit et ont posé quelques questions brèves et pertinentes : « Quelle est l'histoire ici ? » 

Nous les avons remplis rapidement : « Homme de 63 ans, antécédents de maladie coronarienne, cathétérisme post-cardiaque et mise en place d'un stent ce matin ». Ils absorbèrent les informations sans s'arrêter alors qu'ils se préparaient à sécuriser les voies respiratoires. Je me souviens très bien de l'anesthésiste senior guidant le stagiaire junior pour intuber et plaçant habilement le tube respiratoire en quelques secondes. J'ai été hypnotisé par les manœuvres de sauvetage automatiques et transparentes des anesthésiologistes professionnels et intrigué par la formation unique qui leur a permis de déployer des procédures aussi hautement qualifiées en un clin d'œil.

Les anesthésistes sont de véritables sauveteurs. Leur formation leur permet d'acquérir les connaissances et les compétences uniques nécessaires aux soins intensifs, aux procédures de maintien de la vie et à la gestion médicale.

Tubes respiratoires en place, les anesthésistes ont donné des instructions au personnel soignant sur la façon d'effectuer des compressions thoraciques plus efficaces pour rétablir la circulation. En quelques secondes, le résultat du patient s'était inversé. L'oxygénation a rapidement rendu sa pâleur bleue rose au fur et à mesure que les mesures de réanimation ont pris effet. Sans relâche, l'anesthésiste a demandé si nous avions besoin d'aide pour l'accès intraveineux - car plusieurs tentatives avaient échoué. "Oui s'il te plaît!" nous avons répondu, submergés de soulagement et de gratitude !  

À peine deux minutes se sont écoulées avant que l'équipe d'anesthésie n'ait réussi à placer une grande intraveineuse dans le système veineux central, créant un accès à la circulation, et a rapidement suivi avec l'administration de médicaments essentiels pour la réanimation. À partir de ce moment, l'électrocardiogramme s'est rapidement transformé en une tachycardie sinusale alors que la circulation, le pouls et la tension artérielle étaient rétablis. Après avoir sécurisé le tube endotrachéal et la voie centrale, l'anesthésiste senior a alors demandé s'ils pouvaient aider avec autre chose ? Impressionnés et humiliés, nous avons réussi à marmonner faiblement « Non, merci ». alors que les sauveurs faisaient leurs valises et partaient pour retourner au travail dans la salle d'opération. Alors qu'ils partaient, le patient a été réanimé, l'inhalothérapeute s'est occupé de brancher l'appareil respiratoire selon les instructions des anesthésistes, et nous, l'équipe de médecine interne, avons poursuivi notre discussion sur l'état actuel du rythme du patient.

J'étais très occupé en service cette nuit-là et je n'ai pas eu le temps de comprendre ce qui s'était réellement passé. Mais quand j'ai fini mon quart de travail et que j'ai commencé à rentrer chez moi, ça m'a durement frappé; comment l'action rapide des anesthésistes avait sauvé ce patient d'une mort presque certaine en quelques minutes. Bien que nous, internistes, disposions de toute la théorie nécessaire et de la compréhension de la physiopathologie dont nous disposions, nous ne possédions tout simplement pas les compétences essentielles nécessaires pour sauver la vie de ce patient. 

Depuis cette nuit, je savait que je voulais être une bouée de sauvetage; comme ces gars-là, les anesthésistes. Et bien que j'aimais la médecine interne, et la cardiologie en particulier, j'avais une conscience aiguë que je ne me sentirais plus jamais pleinement satisfait pratiquant médecine sans ces compétences, sans être une bouée de sauvetage. Ma décision était prise : je me suis résolue à devenir une vraie bouée de sauvetage : je voulais être anesthésiste !

Voir plus d'actualités
[classe^="wpforms-"]
[classe^="wpforms-"]